Mars en Baroque 2020 | Le Salon de Musique

Le Festival Mars en Baroque est devenu en 18 ans un rendez-vous incontournable de la vie musicale et culturelle marseillaise. Pendant tout le mois de mars la musique baroque investit la ville de Marseille, avec des concerts, conférences, master classes, films, dans des salles de spectacle et dans des lieux plus insolites : Théâtre National de la Criée, Eglise Saint-Théodore, Eglise des Chartreux, Archives départementales des Bouches-du-Rhône, Institut culturel italien, Les Arcenaulx, L’Eolienne, La Salle Musicatreize, La BMVR de l’Alcazar,Musée d'Histoire de Marseille, Les Hôpitaux de Marseille La Conception et La Timone ... et un concert en hors les murs à Saint-Mitre les Remparts.

Après s’être installé dans « l’atelier du musicien » en 2019, Jean-Marc Aymes directeur artistique du festival, a imaginé pour cette édition une programmation autour du thème « du salon de musique ». Dès la Renaissance, c’est dans un lieu particulier des résidences que l’on pratique ou écoute la musique : une musique moins fastueuse que celle que l’on peut entendre lors des fêtes solennelles ou des grandes célébrations sacrées, mais plus intime, plus touchante, plus émouvante.

Le festival ouvrira sur la projection du film « le salon de musique », du grand cinéaste indien Satyajit Ray, qui raconte le destin d’un aristocrate prêt à se ruiner pour son amour de la musique, suivi d’un concert de musique indienne. Cette première journée sera l’occasion de « réviser son baroque » avec une conférence de Patrick Barbier.

Le premier salon que nous visiterons, avec l'Ensemble Coloquintes d'Alice Julien-Laferrière et de Mathilde Viale et Jean-Marc Aymes au clavecin. Nous pénétrerons en suite dans le salon d’Haendel, l’immense soprano Sandrine Piau y chantera en version de chambre quelques sublimes airs de ses opéras, accompagnée du violoncelle de Frédéric Audibert et de Concerto Soave. Puis La voix unique de Maria Cristina Kiehr et le luth de son compatriote argentin Ariel Abramovich recréeront cette ambiance nostalgique et poétique si particulière des salons espagnols. Les salons « Renaissance » seront à l’honneur, avec le chant orné de Romain Bockler sur les musiques de Josquin des Près, et le luth subtil de Simone Vallerotonda pour une évocation de Raphaël.

Le baroque ne sera pas en reste. Il y aura le baroque débridé de la Donna Barocca, avec un Concert de l’Hostel-Dieu électrisant, le baroque flamand plein d’humour et d’influences populaires du temps de Breughel avec les Sonadori et le baroque féminin, virtuose et inventif, de Barbara Strozzi. Le Chœur de Chambre de Namur nous transportera dans le salon d’Urbain VIII avec une nouvelle version du Miserere d’Allegri. Le Salon de Gesualdo, tel que nous le propose l’ensemble Musicatreize, et malgré son titre de « Tombeau », est directement ouvert sur l’avenir. Les créations de chaque période ne connaissent pas l’usure du temps : une musique géniale ne reste-t-elle pas toujours d’actualité ?

S’il y a un compositeur romantique qui fut un admirateur passionné de la musique baroque, c’est bien Johannes Brahms. Avec l’Armée des Romantiques, qui renouvelle notre écoute de ce répertoire, il fallait absolument faire une étape dans le salon du compositeur, pour y entendre deux géniales œuvres de musique de chambre.
Le festival propose aussi un concert hors les Murs à Saint-Mitre les Remparts dans le salon de Nostradamus avec Concerto Soave et Nicolas Lafitte en récitant.

Comme chaque année le festival présente au Théâtre de La Criée un Opéra. Cette année un grand moment de chant et d’émotion sera donné par Concerto Soave et un effectife de jeunes chanteurs brillants avec une version concert de l’opéra Admeto, roi de Théssalie, de Haendel, ouvrage rare, débordant de la plus géniale des musiques

Claudio Monteverdi et Johann Sebastian Bach, les deux immenses compositeurs qui ouvrent et ferment l’âge d’or du baroque, seront à l’honneur lors du dernier weekend. En deux concerts dans le salon du Cantor, on pourra entendra l’intégralité du premier livre du Clavier bien tempéré. Le lendemain, c’est à un des chefs-d’œuvre absolus de la musique que s’attaquent les jeunes artistes du Conservatoire National Supérieur de Musique de Lyon : les Vêpres à la Vierge de l’« illustrissime Claudio ». Dans cette œuvre magistrale, à côté des grands psaumes choraux, le compositeur insère des concerti sacri, moments d’intimité sacrée, si proches de la musique vocale que l’on pratiquait dans les salons vénitiens.

Tout au long du festival, des conférences viendront bien sûr nous éclairer sur différents aspects de ces salons, musicaux certes, mais pas seulement.

Pour clore le festival, c’est la grande Mezzo-soprano Stéphanie d’Oustrac qui donnera deux jours de master classe. Le concert que donneront les jeunes artistes y participant permettra certainement de découvrir, comme en 2019, des talents magnifiques.
Programme détaillé à consulter ou télécharger ci-dessous

• Tarif(s) :
De gratuit à 30€ selon les spectacles

• Infos et réservation :
Lien billetterie

http://www.marsenbaroque.com

Organisateur
MARS EN BAROQUE
53 rue Grignan
13006 MARSEILLE